Jeanne Bison

Réalisateur: Don Bosco Marseille

Sélectionné en 2014

Thème: Le portable

Histoire: Ce film traite de l’addiction au téléphone portable ainsi que des calomnies insidieuses dont il peut être le porteur. Jeanne comme tant d’autres a le regard rivé au petit écran de son portable, jusqu’au jour où celui-ci lui échappe des mains pour venir se briser à ses pieds… Alors le petit monde de Jeanne bascule. Un autre type de relation se noue. Saura-t-elle le partager ?

Sur le même thème

The death network

Lycée La Xavière de Lyon

Prix du Jury

en 2009

Thème: Le Facebook

Histoire: Facebook a le vent en poupe chez les jeunes. Ce réseau social, comme d'autres, peut se révéler dans certains cas extrêmement destructeur. Vie publique et vie privée sont souvent allègrement confondues. La délation, la calomnie sont trop fréquemment vécues comme un jeu dont on ne mesure pas les conséquences possibles. Ce film, s'inspire d'un fait divers dramatique. Il peut aider à responsabiliser les jeunes internautes. Un clip particulièrement efficace qui vient compléter deux autres film de la collection D'clic : Blog à part et La Calomnie.

Blog à part...

Don Bosco Landser

Prix du Jury

en 2011

Thème: Le blog

Histoire: Clémentine découvre avec stupéfaction une photo trafiquée sur son blog. Le visage de son petit ami qui est à ses côtés, a été remplacé par celui d’un autre garçon. Le tout est accompagné de commentaires mensongers et diffamants. Mais qui donc est l’auteur de ce geste qui n’a rien d'une simple blague ?

Calomnie

Lycée agricole de Ressins

Prix de la créativité

au FestiClip 2009

Thème: Les réseaux sociaux

Histoire: Sur le texte de la calomnie, dans le Barbier de Séville de Beaumarchais, des jeunes du Lycée agricole de Ressins ont réalisé un clip vidéo original. Ce film a remporté le prix de la créativité au FestiClip 2009. Pour pouvoir insérer ce clip dans la collection D’clic des jeunes du Lycée technique et technologique de Marseille ont accepté de le retourner y apportant leur propre coloration. Bien que ce texte date de 1775, on peut en mesurer toute l’actualité. Les rumeurs sont toujours là, propagées via internet, à une vitesse inconnue alors. N’est-il pas bon d’attirer l’attention des jeunes sur ce qu’ils peuvent colporter, volontairement ou non, sur leurs blogs ?